Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

guerre

Rédigé par dir 1 commentaire

Simplifier la guerre !  une étude de la crise des migrants 

Il ya a des solutions simplistes comme ...

 

Plus généralement, la guerre peut s'analyser avec une méthodologie adaptée à la crise. 

Comment rendre la maîtrise des crises plus simple? La cacophonie qui règne sur l’affaire des migrants pose cette question avec une pertinence certaine.

Mais s’agit-il bien d’une crise? et pourquoi ce désordre ? La réponse à la première question est positive car tous les ingrédients d’une crise sont réunis. Il faut aller chercher les causes de ce désastre dans l’histoire et actuellement dans la légèreté des gouvernants. peu de chance d’en sortir par le haut. 

Pour en savoir plus sur ce thème : http://jcr-institut.fr/?p=3051

 

Paul Virilio : https://www.youtube.com/watch?v=gfco3BxgmTM

 

 

 

Quelques liens avec l'aspect énergétique du conflit méditerranéen


http://www.voltairenet.org/article174007.html

https://blogs.mediapart.fr/sylvie-g/blog/060413/la-grece-pays-de-lor-noir

http://www.olivier-delorme.com/odblog/index.php?Nouvelles-de-la-grece-liberee/2015/04/02

https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2015/07/06/les-richesses-de-la-grece-attisent-la-convoitise-des-marches-compilation-darticles-lhk-2/

1 commentaire

#1  - jc a dit :

La crise est la conséquence de tout événement non attendu, qui  bouleverse le fonctionnement d’une organisation.
Qu’il s’agisse des conséquences d’une guerre, d’une catastrophe naturelle (tremblement de terre, tsunami, éruption volcanique, incendies Californiens ou Canadiens…), d’un attentat (world Trade Center New-York), d’un accident nucléaire (explosion d’une centrale) : simplifier les modes d’interventions pour leur traitement approprié, semble devoir passer par une anticipation de tels évènements et une simulation de solutions souhaitables et possibles.
L’anticipation devrait atténuer le contexte d’urgence lorsque l’événement survient, puisque les solutions possibles ont été préalablement étudiées et donc peuvent être mise en œuvre de manière appropriée.
Dans ce contexte l’approche cyclique proposée préalablement simulée ne va avoir besoin que d’adaptations marginales et ainsi permettre l’action rapide et adaptée.
Qu’elles sont les raisons qui font que cette logique n’est pas adoptée ?

Pas l’ampleur du problème, pas les moyens à mettre en œuvre puisqu’ils ont été anticipés… Somme toute la volonté POLITIQUE de faire ou de ne pas faire sur des considérants d’équilibres géopolitiques, religieux, sociétaux…

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article