Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

Haro sur les euphémismes !

Rédigé par dir Aucun commentaire

Je téléchargeais dans la mémoire de Max tout le théâtre de Racine et celui de Corneille quand je vis une de ses diodes clignoter sur les mots de Chimène "va ! Je ne te hais point". Max était tracassé. 

Il me faudra lui rajouter une barette spéciale pour les litotes, pensai-je en fouillant dans mon stock. Il ne saisit pas la subtilité. La barette faisait aussi les euphémismes et le guide d'utilisation assurait même qu'elle pût distinguer métonymie et métaphore. J'insérerai la barette entre le processeur du langage et celui du social.  

Immédiatement je testai Max. Si je te dis : lisser les effectifs. Max répondit 20% de licenciements. Et si je te dis que tes compétences s'exerceraient mieux ailleurs ?On m'attend pour faire réussir un autre projet, se trompa Max. Oups ! laissai-je échapper. Il me suffira de tourner la molette de sensibilité au contexte pour éviter les contre-sens dus aux tournures alambiquées. Non Max, ça indique qu'on ne veux pas de toi ici. C'est présenté à l'envers, de façon positive, pour éviter toute contestation.

Une légère odeur de brûlé se dégageait de Max qui à chaque détournement ou remplacement de mot par un autre devait solliciter ses circuits pour résoudre la complication et déjouer la perversité de propos ambigus. Ça va Max ? On fait aller, répondit-il dans un euphémisme charitable destiné à ne pas m'inquiéter de sa santé numérique. 

 

Après un temps de refroidissement, Max s'enhardit et attaqua par un Camus, assimilé la veille "Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde." Je répliquai par un Martin Luther King bien placé "Pour se faire des ennemis pas la peine de déclarer la guerre, il suffit juste de dire ce que l'on pense. "

 

Max afficha sur son écran un smiley sourire signifiant que nous avions tous deux raison "en même temps". 

 

 

 

Classé dans : exemple Mots clés : aucun

Perplexité : la simplification est-elle naturelle ?

Rédigé par dir Aucun commentaire

Il faut bien un jour reconsidérer les frontières.
Il en est ainsi de la sacro-sainte distinction entre complexe et compliqué - vous en connaissez tous les subtiles définitions -. Et bien voilà ! La frontière s'estompe.

Elle n'est pas caractéristique de la cible mais seulement ce qu'en pense un groupe, à une époque précise. Bien même, quand on attribue au seul expert le traitement du complexe, cela revient à reléguer les autres.
En fait, notre esprit, à la fois, réclame des repères faciles et convient de leur entrelacement.  Complexe et compliqué se rapprochent ainsi.

Dans la nature, il est assez convenu que l'évolution s'effectue vers plus de complexité : l'unicellulaire se magnifie en dauphin et les fractales sculptent le chou romanesco. Mais c'est un roman que l'on se raconte car, par exemple, les vers grouillent tout en s'accommodant parfaitement de leur organisme simple.  
Le moteur de l'évolution résulte d'une multitude d'essais, "abandonnée aux démons du hasard" (Apollinaire). Aucune intention ne se dégage sinon nous aurions des yeux aussi performants que ceux des mouches (là c'est presque Kafka).
Des échecs, il reste les organes vestigiaux : le coccyx humain, les doigts des ongulés.

Le parallèle avec les sociétés est pertinent sur deux plans, le foisonnement et les vestiges.  Le moteur du foisonnement de textes et de comités s'emballe en temps de paix. On raconte, quant aux vestiges, que la largeur des voies romaines nous poursuit jusqu'à l'écartement des rails de chemin de fer.

 

https://www.simplixi.fr/difference-complexe-et-complique/

Classé dans : théorie Mots clés : aucun

la sobriété agissante (fin)

Rédigé par dir Aucun commentaire

Ce 22/2/2022 à à 2:22 pm, nous étions 20 au Jardin de Plantes de Montpellier et bien d'autres dans le métavers.

Chiffre 2 et soleil bienheureux !

Nous savions bien sûr qu'il faut réfléchir avant d'agir. Mais seulement un peu ! Sinon c'est de l'irrésolution.
Voilà donc le débat "comment alléger le délai de réflexion.

Trois pistes ont émergées. La première se fonde sur les ressources, la seconde sur la psychologie et, enfin, la troisième sur la procédure.

**Puiser dans les ressources** consiste à recourir à l'expérience - la sienne ou celle des autres-, activer les réflexes individuels ou culturels , faire confiance à l'intuition, à la sérendipité, et même à une perception innée de la solution.
*Après une nuit qui porte conseil, un bon bain. Eurêka !*

**En jouant avec la psychologie** , les convictions, voire l'engagement partisan peuvent s'affirmer. Foin de la pensée complexe, du tango de l'en-même-temps, des dilemmes dus au surplus de nuances ! Ici on assume les risques d'ajuster la trajectoire en chemin.
*Zanini (tu veux ou tu veux pas) et Barbara (riche de mes dépossessions) sont en concert.*

**S'en remettre à une procédure**
par des ~simplifications~ préalablement axées sur l'irrecevabilité, une meilleure lisibilité des lois et un retour aux principes débarassés du détail.
par des ~mécanismes~ qui réduisent la durée (adéquation au temps d'exécution, sans procrastination), réduisent le nombre (l'urgent et l'important seuls pris en compte ; espacement des moments où il faut décider) et réduisent les alternatives (la solution la plus évidente).
*Le moine et le philosophe (Guillaume d'Ockham et Gaspard Koenig)*

Assez de tergiversations ! Voilà la recette : **Confiance** (ressources), **Audace** (psychologie) et **Savoir-faire** (procédure).

Je souhaite vous retrouver bien avant que le 3 ne se répète.
Dom
.
~Références~
* Nombreux commentaires très denses sur le site simplific .org
* La décision comporte une part émotionnelle qui dicte ce qu’il faut approfondir ou négliger (Joëlle Proust).
* La pensée en jachère pour éviter l’irrésolution (Alexandre Jaromil)
* Penser la sobriété matérielle (Ademe)
* 61 principes essentiels du code du travail sur les 8.000 articles qu'il comporte (humanité)
* Comment consommer avec sobriété (theconversation)

Classé dans : exemple Mots clés : aucun

sobriété

Rédigé par dir 3 commentaires

                                                  les commentaires (à la fin) sont très nombreux

 

22/02/2022 (Ô le palindrome !) 


La sobriété (décroissance et simplification) consiste à ajuster l'usage aux besoins (c'est le J de "juste suffisant", la 10ième règle de simplification).   

On constate depuis longtemps l’empilement de normes, le foisonnement des moyens de communication, les surconsommations (envenimées par l’obsolescence programmée). En conséquence l’objectif poursuivi se retrouve freiné dans sa progression, parfois hors d’atteinte, voire détourné. 

Pour diagnostiquer le manque de sobriété il faut dénombrer, revenir aux principes fondateurs et questionner l'utilité. 

Les 3R (regrouper, remplacer et rejeter) sont les moyens d’action à assortir parfois de pratiques d’accompagnement - les nudges-. 

Sans discernement la réduction présente les risques de toute ablation et certains objectent que l’abondance ou le détail sont marques de diversité et de démocratie. Enfin beaucoup craignent que la sobriété -même dite heureuse - ne réduise les plaisirs.

À titre d’illustration, 61 principes du Code du travail peuvent régir les 8.000 articles qu’il contient. Restent en suspens le maquillage des femmes et la proposition d’une réflexion sur les urgences hospitalières.   

Pour citations, un système est parfait quand on ne peut plus rien lui retrancher (Saint-Exupéry) et riche de dépossessions (Barbara) 

Classé dans : théorie Mots clés : aucun
Fil RSS des articles