Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

soins

Rédigé par dir 1 commentaire

Se soigner ? Quel parcours !

Les spécialités et les appareils de diagnostic se démultiplient sous l’effet des progrès scientifiques et, parallèlement, les demandes de soins augmentent. À l’inverse, les protocoles de soin -organisant le savoir médical- et la pression exercée par les financements de la santé réduisent les choix à disposition des malades.
Ainsi l’augmentation des offres et des demandes de soins est prise en étau par les contraintes du système de santé. C’est la complication que perçoit le patient.

L’installation du médecin référent a permis un Regroupement et l’amélioration du travail d’équipe.
Une refonte de la porte d’accès à la sphère médicale permettrait un Remplacement partiel par un corps intermédiaire de soignants, tels des médecins aux mains nues, infirmier ou pharmacien) et apporterait un désengorgement des urgences. Enfin, une forme de Rejet de la médecine officielle s’effectue par l’information de prévention et l’auto-médication.

 

 

Classé dans : exemple Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - Ghislaine Pierquet a dit :

Bonsoir :)

Petite réflexion sur le sujet toujours aussi intéressant que les précédents, merci Dominique :).

Pour plus de simplicité, permettre d'abord à chacun de choisir selon ses propres choix la manière dont il veut être soigné : l'effet placebo fonctionne ! L'essentiel est d'abord de croire à la guérison. Ceci fait, autoriser un accès à toutes formes de soins, avec un contrôle au niveau des résultats, tant pour les médecines alternatives que les officielles. Ceci pour éviter tout débordement d'un côté comme de l'autre.

Que les intéressés puissent donner leur avis sur les résultats obtenus au lieu de se contenter de protocoles incomplets.

Un logiciel permettrait de récupérer les données et de compléter les protocoles en amont, qui, au demeurant, ne sont jamais totalement justes puisque basés sur une sélection. Pour les cellules souches par exemple, ont été exclus du protocole les gens en stade arthrose 4... Il a été également choisi de dérembourser les injections d'acide hyaluronique parce qu'au vu des résultats (lesquels ? En fait, on ne demande jamais au malade de donner son avis ; on sélectionne un nombre de patients et en fonction d'un protocole minimaliste, on décide : une aberration longue, coûteuse et tronquée), le résultat ne serait pas suffisamment rentable. Or, ces injections lubrifient l'articulation et ont un réel impact sur les articulations dépourvues de cartilage, protège l'os en limitant sa dégradation, son usure. Validé par les malheureux arthrosiques de stade IV à qui on n'a pas demandé leur avis. Heureusement, un certain type d'alimentation non acidifiante permet une équivalence au niveau anti-inflammation.

Un centre d'information sur les différentes façons de se soigner, un centre de contrôle qui recueillerait les témoignages du plus grand nombre éviteraient les débordements charlatanesques de tout bord, complété d'un centre de récupération de données simples (Pharmacie, internet...) permettraient à tous de pouvoir choisir les soins qui lui sont le plus adaptés.

On le fait déjà pour les restaurant, les lieux de séjour, pourquoi ne pas l'utiliser pour la santé ? En partant de la base et en faisant remonter les informations, le résultat est toujours plus précis. Il empêche l'interférence des lobbies, des laboratoires, ce qui ne fait pas l'affaire de tous...

Implanter des centres proposant toutes les options de soin, répartis sur tout le territoire.

Et là, on part sur un projet plus grand qui serait de réensemencer les campagnes au lieu de tout concentrer dans les villes, mais c'est un autre morceau, complémentaire au sujet.... D'ailleurs, moins stressé, moins malade....

Quittons les villes, cultivons nos carottes et renouons du lien ;) ;) ;) !

A bientôt, en direct, le 12 :)

Utopiquement vôtre, ;) ;) ;)

Ghislaine :)

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article