Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

de la difficulté de simplifier

Rédigé par dir Aucun commentaire

Le chef de gouvernement arborait un pyjama crème bordé d’un liseré bleu roi. Le pyjama seyait bien à cette heure de la nuit. Trois heures du matin ! Il s’était réveillé, inquiet de la loi qu’il promulguerait dans l’après-midi pour remplacer la carte d’identité par une puce électronique.

La puce est moins encombrante et on peut l’interroger à distance. Voilà la simplification ! Il assena un « c’est bien » à haute voix pour masquer une autre plus petite qui lui racontait in petto les tourments à venir.

Il se demanda encore qui, parmi les responsables et les conseillers, seraient assez déloyaux pour critiquer en sourdine demain. Le responsable de la Com’ du ministère de l’agriculture avait plaisanté de ne pas attacher la puce à l’oreille et ce grand type à la justice qui avait marqué un enthousiasme très mesuré …

 Dans sa tête, une cacophonie s’installait et il entendait déjà tonner le grand excité de l’hémicycle. Le mot de liberté serait lâché à plusieurs reprises et la tolérance des anglais qui n'avait pas de carte d'identité serait sans doute évoquée. Tant qu’on parle des anglais !
Les oppositions, il s'y attendait. Elles étaient souvent de principe. Il avait depuis longtemps repéré les organisations qui se battraient contre ce qu’elles appelaient l’automatisation destructrice d’emplois ; probablement les salariés de l’industrie de la plastification ou ceux de l’imprimerie vivraient mal la disparition de la carte. C’est une redistribution des emplois, au contraire, s’entendait-il déclamer, car il faudra doter chaque fonctionnaire d’un laser de lecture, le former à son utilisation et la tempérance de son usage.

Au fait, qui s’était occupé des mutuelles qui réclamaient régulièrement la photocopie de la carte ? Avait-on oublié d’autres acteurs qui se retrouveraient dans une complication accrue et qui s'insurgeraient ? Étaient-ils nombreux ? Avait-ils une capacité de nuisance ?

La nuit était déjà bien avancée. Le raison du chef de gouvernement dériva sur le pouvoir que certains verraient ainsi rogné. Pourrait-on regretter de ne plus intimer « vos papiers sil vous plaît " ?

Et puis, il fallait s'y attendre, la complication resurgirait à nouveau. Des bribes de ses études remontaient sur l’évolution naturelle du vivant renforcée aujourd’hui par une sollicitude aux catégories oubliées. Les enfants de moins sept ans devraient en être dispensés ; et les vieillards ?

Il se servit un grand verre d'eau et déprima un peu plus sur les coûts que l'on allait lui reprocher face au gain espérés.

Le temps d’un mandat est bien trop court ! Un de ses collaborateurs avait prédit un lustre pour éliminer les dernières cartes d’identités en circulation. Il aurait fallu d’abord préparer psychologiquement à la simplification, en développer progressivement les symboles.

Avant d’aller se recoucher, comme pour retarder l’échéance du sommeil, il se remémora les échecs de ses prédécesseurs. Ce n'était pas de bon augure. Une possible reculade était-elle encore envisageable ?

Classé dans : exemple Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article