Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

Ockham

Rédigé par dir 3 commentaires

Deux anciens enseignements, le rasoir d'Ockham et le principe de subsidiarité sont en débat. Sont-ce des simplifications ? En avons-nous respecté les sagesses ? Quel effets pervers peuvent-ils générer ?

 

Définitions. Le rasoir d'Ockham choisit l'hypothèse (suffisante) la plus simple pour apporter une explication vraisemblable, le principe de subsidiarité confie au plus petit échelon capable la réalisation d'une action.

Ockham vivait au moyen âge (toujours un anglais, Sherlock le pratiquait dans ses enquêtes) et la subsidiartité naît récemment.

 

En commun. Les deux principes s'érigent dans le monde chrétien et se complètent du choix à l'action : Le rasoir prépare le choix de l'action et la subsidiarité la guide. L'ensemble a pour but une mobilisation aisement partageable. La subsidiarité met en lumière l'individu, son autonomie ; elle accompagne la doctrine sociale de l'église et réapparait dans la construction de l'Europe. 

 

Leurs limites. L'énoncé d'une hypothèse est en relation avec le groupe culturel auquel elle s'adresse. La simplicité apparente est aussi une question de formulation et une formulation renvoit à la culture. Ainsi il se dégage qu'une hypothèse simple est fonction de la culture. 

Pour écrire que a2+b2=c2 il a fallu apprendre les carrés et savoir les écrire de façon condensée. En prenant un autre exemple, le "et pourtant elle tourne" de Galilée n'était pas culturellement acceptable alors mais formidablement plus simple dans son énoncé que "la terre décrit un quasi cercle autour du soleil".

Nous vivons plusieurs hiérarchies à la fois et la subsidiarité n'est pas toujours de mise. Le personnel de l'autoroute qui verbaliserait ou le délétateur se subsistitueraient à la police. Enfin le petit échélon est souvent atomisé en désagrégation (les communes en France, sans moyens ne peuvent plus agir).   

 

Leur actualité. Le rasoir d'Ockham nous apprend à :

  1. observer un fait et convenir de ne détenir une explication convaincante
  2. accepter d'énoncer plusieurs axiomes explicatifs
  3. définir le groupe culturel cible
  4. s'ouvrir aux probabilités
  5. choisir l'explication la plus plausible

 

 La subsidiarité c'est aujourd'hui les machines qui travaillent mais aussi décident de l'hypothèse de son bon comportement.  C'est à l'échelon le plus bas que EI, la mafia interviennent dans la terreur

Classé dans : exemple Mots clés : aucun

3 commentaires

#1  - bruno a dit :

tu as attiré ma curiosité,
j'ai été webchercher ton mot,
et te remercie de la belle visite

Répondre
#2  - dir a dit :

L'économie des hypothèses n'est pas toujours d'actualité quand il faut expliquer un complot. C'est justement la caractéristique des théories du complot de ne jamais être simples.

Ghislaine Pierquet a dit : Simplifier sur l'instant, peut provoquer du compliqué à plus long terme, qu'il s'agisse du rasoir d'Ockham ou du principe de subsidiarité.
Je me dis tout de même, que le 1er me semble parer à l'urgence et faire preuve d'une réflexion immédiate et de bon sens pour répondre à une urgence, alors que le second n'est que l'application d'une méthode, d'un principe, sans réflexion de celui qui l'applique, d'autres l'ayant fait en amont (réfléchir) sans être confronté au terrain à l'instant T, là où l'action est nécessaire. Peut-être que le rasoir d'Ockham s'appliquerait mieux à l'urgence et le second, moins dans cette urgence, pourrait permettre de rectifier le tir, et donc, demanderait plus de temps pour obtenir le résultat escompté

Claudius a dit : Peut-on imaginer que Dieu, créateur de toutes choses, souhaite le malheur des hommes ? Les famines, les épidémies et les guerres ne peuvent-pas lui être attribuées ! Quelle est l'hypothèse la plus simple, Ockham ? Serait-ce douter de Son existence !. La Mafia (la Pieuvre) délègue à ses tentacules et l'EI prône les attentats individuels par délégation au plus petit niveau de l'exaction. La subsidiarité atteint ses limites avec les 36000 communes en France qui ne sont plus capables individuellement de réaliser leurs actions.

Répondre
#3  - Jean Fulcrand a dit :

"Le théorème d’incomplétude de Gödel . La cybernétique avec la rétroaction = le feed-back. Subsidiarité m’évoque subliminal ,et le nouveau concept d’inconscient cognitif"

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article