Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

pluie

Rédigé par dir Aucun commentaire

mardi 23/10 se protéger de la pluie ou imaginer un parapluie plus simple. 

l pleut ! bonne nouvelle ! Mais je n'aime pas me mouiller. Rester chez moi ; c'est un peu triste ou pas toujours possible. Prendre un parapluie complique de le garder quand la pluie s'arrête et de le fermer quand on entre en voiture, ...
De très belles et pertinentes contributions sont reproduites ici.

Claude Coustan Se protéger de la pluie ne présente un intérêt que lorsqu'elle apparaît comme une nuisance. On souhaite a titre personnel de ne pas être mouillé, pour protéger les biens et les personnes, de ne pas être inondé. Les circonstances dans lesquelles on rencontre la pluie ont généré des modes de protection adaptés. Communément et en mainte situations courantes on ouvre son parapluie.

En randonnées pour protéger sa tête on porte un chapeau en toile étanche, on enfile un poncho, on porte des guêtres pour protéger ses chaussures et ne pas se mouiller les pieds , on déploie un protège sac à dos… On se met à l'abri ...En camping on met un double toit étanche, on reste sous la tente. On a pris la précaution de positionner sa tente afin de la préserver des ruissellements et on aménage des rigoles tout autour de la tente pour ne pas être inondé… Dans les cours d'école on aménage des préaux, dans nos villes, villages et campagnes, des abris-bus… Pour absorber les trop grandes quantités d'eau tombées du ciel on construit des barrages, des bassins de régulation , on modifie les règles d'urbanisme, on lutte contre la déforestation...

Mais trop de pluie n'est pas toujours et partout synonyme de nuisance. Les crues du Nil apportaient vitalité aux terres inondées, l'arrivée de la mousson se célèbre comme une bénédiction divine, Les chamanes et les églises par des pratiques incantatoires qui leurs sont spécifiques appellent la pluie dès lors que les périodes de sécheresses perdurent…

Mais revenons au parapluie et dépassant son usage regardons tout ce qu'il évoque ( pépin, pep's, pébroque, pébroc, riflard, Robinson) ; il a été le héro d'histoires (Marie Poppins) et d'anecdotes "L’esprit humain est comme un parapluie : il marche mieux quand il est ouvert" (Darry Cowl) ; "Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut" (George Bernard Shaw) ; ouvrir le parapluie se dit de quelqu’un qui se dégage de ses responsabilités en s’abritant sous une autorité hiérarchique ; et source d'inspiration artistique (Les parapluies de Cherbourg, Le parapluie, chanson de G. Brassens, le coup du parapluie…).

Pourquoi vouloir le simplifier ? Pas pour modifier son usage de protection (la pluie principalement mais aussi le vent et en changeant son nom en ombrelle le soleil) mais pour répondre a des notion d’esthétique, d'encombrement,…

Une innovation semble vouloir révolutionner sa forme tout en conservant son principe protecteur ( Air Umbrella ) Il s’agit de repousser les gouttes d’eau à l’aide d’un bouclier d’air autour du parapluie du futur, créant un abri avec l’air soufflé en permanence.

 

Armand justement appelait de ses voeux cette dernière avancée technologique, dans le style Jules Verne ou professeur Tournesol : il est probable que dans les temps futurs, chaque individu et chaque site sera entouré d’un bouclier climatique. Au lieu de chauffer tout un appartement, on sera entouré d'une pellicule d'air conditionné à la bonne température. Idem pour la pluie : on marchera dans la rue (y aura-t-il encore des rues ?) sans autre protection que ce halo invisible qui écartera la pluie tout comme le chaud et le froid.

 

Déborah en profite pour courrir les magasins, Jean-François se mouille préalablement (comme gribouille) et Françoise vante le parapluie à fermeture inversée.

Classé dans : animation Mots clés : aucun
Fil RSS des articles